Partager :Share on Facebook
Facebook

Burgers, vous avez dit burgers…
L’offre « burger » a explosé ces dernières années à Reims avec plus ou moins de réussite… Evidemment on laisse de côté les fatsfoods et autres restaus « de chaine » sans âme et stéréotypés et intéressons nous aux « Burgers Gourmets » faits Maison.

Tout d’abord un peu d’histoire : Ce sont les food Trucks qui ont largement contribué à rénover le style en proposant des burgers de qualité, composés de produits locaux et souvent très bien sourcés. A reims, on ne peut que saluer le travail de The Mother Road – Food truckAu local, l’étonnant Shed Reims découvert cet été ou l’excellent Dom burger.
Hier soir nous sommes allés faire un tour chez SACRÉ BURGER qui avant d’être un restaurant a lui aussi commencé « on the road » en régalant les nuits du Clos à ses débuts.

Référence incontournable du Burger à la rémoise, un petit « point de situation » s’imposait.

Sacré Burger c’est d’abord une déco branchée (certains diront « bobo ») dans un style cantine industrielle – vintage. Un lieu digne d’une grande capitale et pour notre part : On adore !

Côté burger, l’offre est qualitative avec des produits sourcés et un « burger du mois » souvent très créatif (ce mois-ci carottes glacées au miel, houmous, steack façon kefta, aubergines grillée le tout dans un bun brioché au curry). Un effort d’ouverture est fait vers les minorités foodivores avec un burger végétarien
Les frites sont parfaitement cuites et croustillantes à souhait.
Enfin le restaurant présente une très belle carte des vins avec notamment de nombreux champagnes de vignerons (ce mois c’est Eric Rodez qui est à l’honneur).

Au delà de ces éléments objectifs de qualité nous pointons tout de même deux petits bémols
• La réservation obligatoire. Certes dans tous les établissements « courus » c’est la rançon du succès, rien de plus normal. Par contre on a un peu l’impression d’être à la cantine avec l’arrivée des clients de manière très disciplinée à l’heure convenue. C’est la règle du jeu mais on a envie d’un peu plus de décontraction et éviter un coup de feu général (bravo à l’équipe en tout cas qui a super bien géré le rush avec amabilité et sourire)

• Le « dressage » du burger assez sommaire qui le fait arriver plutôt débraillé dans une assiette creuse un peu (trop) petite où il baigne dans les frites et un colesaw qui n’apporte pas grand chose au débat.

Pour conclure, malgré ces deux petits bémols, Sacré burger reste une référence notamment par son esprit pionnier, créatif et branché.

Partager :Share on Facebook
Facebook