Partager :Share on Facebook
Facebook

Un article du Parisien sur Philippe Mille (le chef du Domaine les Crayères) à propos de son engagement pour la planète.

« Les étoiles du Michelin ne se conquièrent pas uniquement par le tour de main en cuisine, mais se préparent aussi en amont. Un vrai travail d’orfèvre et de passionnés. Et un militantisme gourmand pour la préservation de la planète. » (le parisien)

A lire ici

Deux artistes talentueux et citoyens

Deux artistes talentueux et citoyens

Sur cette photo (© le parisien) aux cotés de Benoit Deloffre, maraîcher, dont nous avons déjà parlé sur ce blog à cette page.

 

« L’alchimie fonctionne parce qu’entre les deux, le dialogue est permanent. Il n’y a pas un chef qui donne des ordres, mais un duo qui s’amuse à chercher à travers le monde de nouvelles saveurs, de nouveaux produits, comme la laitue-asperge Celtuce. Par amour du bon et du beau.

Benoît Deloffre cultive une douzaine de variétés de carottes, blanches, oranges, ou simplement rosées, des kabus, navets japonais très ronds. «Chaque légume nous force à être réactif et créatif», insiste le cuisinier.

Au milieu des champs, des coquelicots, des fleurs et des herbes sauvages, le maraîcher n’utilise pas de produits chimiques et compte sur les coccinelles gourmandes de pucerons (50-100 jour/coccinelle). « Je préfère brosser un peu les fleurs de courgettes, mais au moins je sais qu’il n’y a pas de pesticides », indique Philippe Mille. Évidemment, avec un tel système naturel, il y a des pertes, compensées par le tarif obtenu par Benoît : « Le juste prix ». Le parisien

Partager :Share on Facebook
Facebook